Cigarette électronique

La cigarette électronique, qu’est-ce que c’est ?

Cigarette électronique, vapoteuse, stylo, e-cig, e-cigarette ou encore vapote, beaucoup de noms existent pour le sujet que l’on aborde aujourd’hui. Arrivée il y a presque 10 ans maintenant, la cigarette électronique est utilisée par de plus en plus de fumeurs. Nous allons vous parler aujourd’hui de cette alternative au tabac et vous expliquer plusieurs points. Composition, différents modèles, type de vape, c’est parti pour tout savoir.

La cigarette électronique, une alternative au tabac

Selon une étude britannique, la cigarette électronique est reconnue 95% moins nocive que la cigarette traditionnelle. Celle-ci génère des produits que l’on ne retrouve pas en vapotant : adieu le goudron, adieu le monoxyde de carbone et les particules fines. Le retour d’expérience des nouveaux vapoteurs nous apprend que la majorité des inconvénients liés au tabagisme disparaissent. Qu’il s’agisse de la toux, l’essoufflement, la mauvaise haleine ou encore l’odeur ambiante, tout cela n’est plus présent en vapotant. Dans ce cas, pourquoi rester accroché au tabac ?

Il faut tout de même prendre en compte le détail important qu’est le temps d’adaptation au vapotage. Si vous sortez de plusieurs mois ou années de tabagisme, il y a de fortes chances que vos premières semaines en compagnie de votre cigarette électronique créent quelques désagréments. Nous entendons par là que le sevrage du tabac peut passer par des insomnies, une toux de “ décrassage “ ou encore de l’anxiété. De plus, vos fonctions respiratoires endommagées vont petit à petit se réactiver normalement, cela pouvant provoquer des rhumes ou des irritations de la gorge. Comptez en moyenne de 2 à 3 semaines pour profiter pleinement de la vape.

Une question de volonté et d’habitude

Certains fumeurs ne tiennent malheureusement pas sur la durée, mais n’ayez pas peur ! Une partie de la transition se joue sur votre motivation à passer à la cigarette électronique. Il est primordial de ne pas lâcher prise, préférez quelques désagréments à des années supplémentaires de cigarette traditionnelle. Si vous avez déjà vapoté, mais que vous n’avez pas tenu, il est probable que le matériel que vous aviez n’était pas adapté. Aujourd’hui, les cigarettes électroniques ont évolué pour rendre le vapotage agréable et simple.

Par ailleurs, la cigarette électronique maintient différents aspects importants pour un fumeur classique. En effet, le vapotage continue d’apporter certaines choses essentielles comme le geste pour fumer, la fumée créée, l’administration de nicotine ou encore la contraction de la gorge (appelée également le hit).

Quelles sont les différences entre vapoter et fumer ?

Avant tout, vapoter est une simple suite d’action. On pince notre cigarette électronique entre les lèvres, on aspire fortement la vapeur puis, selon son habitude, on coince cette vapeur dans la bouche pour la faire partir vers les poumons. C’est le même principe que pour la cigarette, à la différence près qu’il s’agit ici de vapeur et non pas de fumée. Tout cela crée une réelle impression de fumer, mais sans tous les côtés néfastes des cigarettes traditionnelles.

Dans les deux cas, il est évident qu’il est préférable de ne rien fumer du tout. Nous n’allons pas vous dire ici que la cigarette électronique est bonne pour la santé, ce serait vous mentir. Néanmoins, elle reste préférable vis-à-vis du tabac qui embarque un bon nombre de substances dangereuses et cancérigènes. Si la cigarette classique était mise en avant même par des médecins il y a de cela plusieurs décennies, elle a perdu tout aspect intéressant aux yeux du public. La cigarette électronique quant à elle propose une large gamme de goûts et un plaisir différent.

L’intérêt du vapotage est donc de réduire au maximum les risques pour la santé du fumeur, sans forcément arrêter totalement. Ou alors aider à diminuer de plus en plus sa consommation de nicotine, jusqu’à ne plus en avoir besoin. Pour cela, certains vapoteurs passent de liquides à forte concentration de nicotine jusqu’à utiliser des liquides à 0mg / mg (sans nicotine). D’autres détails sur la nicotine sont apportés plus tard dans l’article.

Quelle est la composition d’une cigarette électronique ?

Une cigarette électronique est composée de deux éléments principaux : une batterie et un clearomiseur. L’ensemble est également appelé un kit. La batterie de la cigarette, nommée également box, permet d’alimenter le tout. Selon le modèle désiré, votre cigarette électronique disposera de plus ou moins d’autonomie et de puissance.

Eleaf iKuu 220
Eleaf iKuu 220

Le clearomiseur quant à lui dispose d’un réservoir permettant d’accueillir le liquide, d’une résistance et d’un embout garantissant la bonne prise en bouche de la cigarette électronique. Le fonctionnement global est relativement simple : le liquide passe dans la résistance qui, en chauffant, crée de la vapeur. Le tout s’active dès lors que vous pressez le “ bouton de feu “ de votre cigarette.

ELLO 15
ELLO 15

Les consommables : liquide et résistance

Dans toute cette mécanique se trouvent deux éléments consommables cité ci-dessus, à renouveler périodiquement : le liquide et la résistance. Le liquide, appelé également e-liquide, est sélectionné par le vapoteur parmi des centaines de références différentes. Celles-ci proposent des goûts allants du tabac au fruité, en passant par le mentholé. Pour choisir très précisément le goût que vous préférez, chaque goût tabac est différent tout comme chaque goût mentholé ou chaque fruit. Qui plus-est, d’innombrables cocktails sont disponibles pour des explosions de goûts. Les liquides sont par ailleurs déclinés en plusieurs taux de nicotine, chaque référence dispose de taux différents allant d’une absence totale de nicotine (0mg / ml) jusqu’à la limite maximale en France, 20 mg / ml.

La résistance est en partie composée de coton, il est donc normal de devoir la renouveler et cela environ toutes les 3 semaines. Le coton n’est pas éternel, il s’use au fur et à mesure des jours jusqu’à ne plus retenir assez de liquide, et brûler. Pour éviter tout désagrément de perte de goût au niveau du liquide, ou même de brûlure de votre gorge, il est primordial de la changer. Il en existe beaucoup de modèles, mais chacune des cigarettes n’a que quelques modèles compatibles. Les résistances ont une puissance calculée en Ohm (Ω) : plus son chiffre est bas, plus elle est puissante et plus elle produira de vapeur. Il est évident qu’il ne faut pas prendre n’importe quelle puissance de résistance. Fort heureusement, vous disposez presque toujours d’une ou deux résistances lorsque vous achetez un kit ou un clearomiseur seul, vous permettant de tester et de connaître ce qui vous correspond le mieux.

Résistance Mélo 4
Résistance Mélo 4

Différents modèles de cigarettes électroniques pour différents fumeurs

Quel modèle de cigarette choisir ?

Sachez-le, il est très important de bien choisir sa cigarette électronique ! Qu’il s’agisse du type de matériel, de sa couleur, de sa praticité ou de son autonomie, en règle générale le modèle de cigarette dépend de l’expérience du fumeur.

Lorsque l’on est un débutant embarrassé par la complexité

Pour un débutant qui a peur de se lancer, il est préférable de partir sur un petit modèle ne nécessitant que peu ou pas de réglages. Les modèles comme une Joyetech Dolphin peuvent être utilisés dans ce cas, ils ne disposent d’aucun réglage. Généralement, leur clearomiseur est adapté uniquement pour ces cigarettes, il n’y a donc pas de complexité à chercher une bonne combinaison. Ce type de matériel propose un tirage très serré, qui demande à inspirer fortement pour inhaler de la vapeur tout comme une cigarette traditionnelle.

Pour les débutants qui n’ont pas froid aux yeux

Mais la meilleure solution n’est ici pas la plus facile. Il est intéressant pour un débutant d’utiliser directement un modèle plus intermédiaire, qui lui permet d’évoluer au fur et à mesure du temps. Par exemple, la Eleaf iKuu i80 propose deux fonctionnalités qui peuvent aider à cela : le réglage de la puissance ainsi que le changement de clearomiseur. Selon vos envies et votre gain d’expérience, vous avez la possibilité de passer à une puissance jusqu’à 80W, pouvant pour certains liquide relever le goût ou simplement créer plus de vapeur. Le clearomiseur quant à lui se choisit en parallèle et permet de disposer entre autres de réservoir plus ou moins importants.

Un détail très important des clearomiseurs est leur bague d’air-flow. Dans le jargon du vapotage, l’air-flow est un réglage de débit d’air permettant au fumeur d’inhaler plus ou moins d’air lorsqu’il vapote. Plus le tirage est serré, moins l’air rentre et pour un débutant, ce réglage est primordial afin d’éviter tout risque de surdose de vapeur. La logique de l’évolution du fumeur est ici également respectée, plus vous avancez dans le domaine, plus vous pouvez ouvrir cet air-flow pour inhaler plus de vapeur.

Pour les véritables amoureux du vapotage

Il existe par ailleurs un niveau encore au-dessus. Ceux que l’on appelle les vapoteurs experts ont un univers bien à eux, composé de cigarettes dont l’alimentation ne vient pas d’une batterie, mais de ce que l’on appelle des accus, ou autrement dit des piles. Il arrive que ces fumeurs créent eux-mêmes leurs résistances pour une meilleure adaptation à leur style de vapotage. Des modèles de cigarettes sont d’ailleurs pensés pour cela.

Si nous pouvons nous permettre un petit conseil, il peut être intéressant de disposer d’une cigarette électronique de secours. Ce modèle de secours est généralement votre premier achat, si vous avez changé de cigarette électronique entre temps sans que le premier ne rende l’âme. L’achat d’une cigarette peut demander du temps, que ce soit pour le choix ou simplement le délai de livraison, un modèle de secours pourra donc vous dépanner le temps d’avoir votre nouveau jouet !

Quel taux de nicotine choisir ?

Si vous avez déjà parcouru certains sites, il se peut que vous soyez tombé sur un tableau conseillant des taux de nicotine selon vos habitudes de fumeur. Par exemple, quelqu’un qui fumait entre 5 et 15 cigarette par jour devrait s’équiper en liquide de 12 mg/ml de nicotine. Datant généralement de 2015, ces comparaisons n’ont plus lieu d’être à l’heure actuelle. En effet, l’évolution des cigarettes électroniques ont modifié cet aspect, en proposant des batteries plus puissantes et des clearomiseurs mieux pensés.

Nous ne conseillons donc pas de commencer en se référant à ces types de tableaux. En règle générale, vous serez moins apte à vapoter régulièrement si le taux de nicotine est élevé, pouvant aller jusqu’à vous écoeurer de la cigarette électronique. Si vous commencez tout juste, nous supposons que le but n’est pas de repartir aussitôt sur le tabac ! Sur du matériel plus modeste, un fort taux sera moins impressionnant. Mais il faut dorénavant prendre en compte le matériel utilisé, puis adapter sa consommation à la puissance de celui-ci. Lorsque vous passez d’une forte consommation de tabac à un liquide faible en nicotine, un manque peut se faire ressentir. Pour vous aider, voici donc un nouveau type de tableau de conseil pensé par Taffe-Elec :

Taux de nicotine à choisir
Taux de nicotine à choisir – © Taffe-Elec, 2018.

À savoir également, le taux de 3 mg/ml est bien souvent utilisé sur le gros matériel, même pour des gros fumeurs. Cela permet simplement de vapoter plus régulièrement. D’autre part, les taux au-dessus de 16mg/ml font justement l’effet inverse, en priorisant une très légère vape.

Les deux types de vape

Selon le modèle choisi, le type de vape peut être différent. Une cigarette électronique pensée pour les débutants est généralement axée sur une inhalation indirecte. Dans ce type de vape, la vapeur reste en bouche un temps pour ensuite passer dans les poumons. L’inhalation indirecte impose bien souvent une aspiration lente et longue, pour un résultat pouvant être peu satisfaisant à force. Il s’agit de la façon classique de fumer une cigarette, d’où son utilisation pour le matériel débutant, bien qu’elle puisse être effectuée sur un matériel plus avancé selon les réglages. Dans la plupart des cas, les ex-fumeurs s’y retrouvent plus facilement pour débuter et appréhender la transition.

L’inhalation directe quant à elle s’axe, comme son nom l’indique, sur une arrivée directe de la vapeur dans la gorge, sans temps d’arrêt. Elle est généralement conseillée aux expert ou intermédiaires et nécessite un matériel plus puissant et mieux adapté permettant une forte arrivée d’air. Pratiquer une vape directe sans le matériel adapté peut amener à des irritations de gorge pouvant créer une toux lors de l’inhalation. Prisée par les gros fumeurs, elle permet entre autres de consommer plus de nicotine plus rapidement. Ce n’est évidemment pas tout, plus d’air dit également plus de vapeur et les amoureux des nuages ne peuvent pas s’en passer, tant le débridage est fort lorsque l’on passe de la vape indirecte à directe.

La législation française

Depuis le 1er janvier 2017, la législation française inclut différents aspects de la “ Tobacco Products Directive(TPD). La cigarette électronique a été incluse dans ces directives pour différents aspect : la nicotine présente dans les liquides, le fait d’inhaler et le geste de fumer. En France, plusieurs réglementations ont été mises en place depuis le 1er janvier 2017 dans le cadre de la loi santé. Nous ne parlerons ici que de celles concernant le matériel de la cigarette électronique.

  • Une sécurité enfant doit également être mise en place. Par exemple certaines cigarettes imposent d’appuyer sur le clearomiseur pour l’ouvrir. D’autres ont un système d’ouverture trop difficile pour qu’un enfant parvienne à l’ouvrir.
  • Les clearomiseurs doivent être garantis anti bris et anti fuite.
  • Pour finir, les clearomiseurs pré-remplis ne doivent pas dépasser les 2ml. A l’heure actuelle, les clearomiseurs classiques vendus vides ne sont pas soumis à ce genre de lois.

D’autres lois un peu plus anciennes affectent également le quotidien des vapoteurs et sont déjà bien connues. Il est interdit de fumer sa cigarette électronique dans des lieux publics ou même dans son lieu de travail. Attention cependant, ce cas ne s’applique que si vous travaillez dans une salle fermée et à usage collectif comme par exemple un open-space ou une usine. Dernier point, il est interdit de vendre du matériel de cigarette électronique à un mineur, tout comme le tabac donc.

Si vous fumez dans un lieu public, vous risquez à l’heure actuelle une contravention de 2è classe. L’amende est de 35€ et peut monter à 150€ si retard de paiement. Cette amende est relativement récente, elle a été instaurée le 1er octobre 2017.

Concernant les entreprises, elles sont dans l’obligation d’afficher une signalisation mentionnant l’interdiction de fumer, qu’il s’agisse de tabac ou de cigarette électronique. Une contravention de 3e classe est encourue, l’amende étant fixée à 68€. Un employé qui vapote dans les locaux malgré l’interdiction peut subir une sanction disciplinaire mise en place par l’employeur.

Quelques termes classiques du monde du vapotage

  • Atomiseur : réceptacle permettant de recueillir le liquide contenant une résistance qui va chauffer et pulvériser le liquide
  • Accu : sorte de pile utilisée en tant que batterie pour certaines cigarettes, elle permet de renouveler qu’une partie du matériel en cas de panne
  • Air-flow : facilité à inspirer à travers le clearomiseur. L’air-flow se règle généralement via une petite bague disposée en bas du clearomiseur.
  • Amorçage : étape quasi obligatoire lorsque vous utilisez pour la première fois une résistance, cela permet de l’imbiber pour éviter la brûler
  • Batterie : fonctionne comme une pile en apportant de l’énergie à la résistance, permettant de chauffer le liquide et de créer la vapeur
  • Clearomiseur : embout à visser sur une batterie, parfois directement intégré. Il contient le réservoir et la résistance.
  • Drip Tip : embout buccal du clearomiseur
  • Ecig, e-cig : autre nom donné à une cigarette électronique
  • E-liquide : liquide utilisé pour vapoter, il est composé de propylène glycol, de glycérine végétale, d’arômes et de nicotine (sauf en 0mg/ml)
  • Hit : sensation en gorge créée par le passage de la nicotine présente dans les liquides. Le hit est souvent recherché par les vapoteurs, en grande partie par le débutants en pleine transition
  • Kit : ensemble composé d’une batterie, d’un clearomiseur et souvent du matériel pour recharger la batterie ainsi que d’une ou deux résistances
  • PG/GV : taux de propylène glycol (PG) et glycérine végétale (GV) de chaque liquide. Le PG favorise le hit et la VG favorise la création de vapeur.
  • Résistance : élément du clearomiseur qui permet la chauffe du liquide et donc son vapotage
  • Vapotage, vapote ou vape : désigne l’utilisation de la cigarette électronique
  • Vapoteur : utilisateur de cigarette électronique

Sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 commentaires sur “La cigarette électronique, qu’est-ce que c’est ?”