Existe-t-il des e-liquides Bio à vapoter ?

Le mode de consommation “ bio “ est devenu une référence pour beaucoup de consommateurs désireux de respecter davantage l’environnement et, de facto, l’être humain. L’avènement du bio signe ainsi son œuvre de retour à la nature, de retour aux pratiques conformes au respect de l’écosystème.

En 2021, le monde de la vape ne fait pas exception à cette émergence grandissante du bio. Les codes de l’éco-responsabilité ont bel et bien franchi leurs barrières pour s’implémenter dorénavant dans nos cigarettes électroniques sous forme de E-liquides bio ! Du moins, c’est ce vers quoi les marques tendent. Mais, est-ce que les E-liquides bio sont vraiment possible ?

Concevoir un e-liquides bio pour cigarette électronique ?

Les e-liquides peuvent difficilement être bio, pour le comprendre, il faut s’intéresser à leur composition.

Ainsi, votre petit flacon de 10 ml de e-liquide au goût savoureusement fruité de mangue et d’ananas (au hasard) possède la composition suivante :

Dans le cas de cette base dite PG/VG, les deux composés présents possèdent des attributs et des modes de fabrications différents.

La glycérine végétale est ainsi obtenue après saponification d’huiles végétales. Peu allergisante, cette VG peut ainsi être en partie bio.

Le propylène glycol, en revanche, est un composé obtenu après un processus pétrochimique plus lourd : ce n’est pas un produit bio. Il peut néanmoins être remplacé par du Végétol ou encore par du mono propylène glycol végétal (MPGV).

Par ailleurs, les arômes alimentaires qui sont les ingrédients fondamentaux vous permettant d’apprécier le goût du e-liquide, peuvent être obtenus d’une manière naturelle ou synthétique. Lorsque ces ingrédients sont extraits depuis des matières végétales par l’agriculture, on pourra alors trouver des arômes bios.

Quant à la nicotine, celle-ci est fabriquée synthétiquement depuis une molécule présente dans la feuille de tabac. Actuellement, aucun processus de fabrication naturel n’est possible concernant la nicotine : la certification bio peut encore attendre.

Malgré une composition naturelle parcellaire possible, un liquide cigarette électronique bio est par conséquent confronté à quelques obstacles pour être considéré comme intégralement bio.

Peut-on parler de e-liquides 100% bio ?

Comme évoqué lors des précédents paragraphes, la mise en œuvre d’un e liquide parfaitement bio s’avère inachevée : certains composants du e liquide en question sont bels et bien chimiques. Il n’existe donc pas de e-liquide bio à 100%

Le propylène glycol d’abord, puis la nicotine ensuite sont deux composants du e liquide éloignant ce dernier de ses prétentions bio. La solution pourrait, dira-t-on, résider dans le fait de s’affranchir de ses deux composants.

Dans le cas de la nicotine, celle-ci est plébiscitée par tous les nouveaux entrants dans le monde de la vape : désireux ou non d’arrêter le tabac, les néophytes de la vape ont donc tout intérêt à conserver un dosage minimum de nicotine s’ils souhaitent réaliser leur quête du sevrage. Un public confirmé aura également, pour une part importante de vapoteurs, à cœur de conserver des habitudes de vape en présence de nicotine. Dès lors, difficile d’écarter ce composé chimique de la structure du e liquide bio tant désiré. Certaines marques essaient tout de même de s’en rapprocher en s’intéressant à la récolte de la nicotine, c’est notamment le cas de VDLV.

Concernant les substituts au propylène glycol que sont le MPGV évoqué plus haut ou encore le Végétol, ces deux derniers composants ne possèdent pas aujourd’hui de certification bio : un frein à toute prétention en la matière.

Enfin, les arômes alimentaires et en particulier les arômes classés “ gourmands “ ne sont généralement, dans leur grande majorité, pas des produits de l’agriculture bio. Ajoutez à cela la multiplicité des arômes contenus dans un même mélange et la probabilité d’obtenir un liquide cigarette électronique bio à 100% devient quasi nulle.

Faut-il pour autant s’alarmer systématiquement de la qualité des e-liquides mis en vente au sein du marché de la vape ?

Les indicateurs de la qualité d’un e-liquide

Nous l’avons vu précédemment, un e-liquide peut faire preuve de sa qualité en intégrant des ingrédients bio à sa composition. Mais le bio n’est pas le seul argument pouvant attester de la qualité d’un e-liquide.
Certaines institutions comme l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire ont pour prérogatives de consulter et de vérifier la composition des e-liquides mis en vente. Les produits commercialisés en France peuvent également répondre aux normes édictées par l’AFNOR : l’Association Française de Normalisation fait figure d’autorité en matière de contrôle de la qualité.

Depuis sa création, Taffe-elec poursuit sans concession l’objectif de fournir à ses clients des e-liquides de la meilleure qualité. Pour cela, le respect des normes est primordial :

Aucun composé ou substance contestés ne sont ainsi tolérés au sein des produits commercialisés sur notre boutique en ligne.

Vous pouvez consulter ici la liste des produits de grandes marques de e-liquides disponibles sur notre boutique en ligne.

Le réflexe hexagonal est également une excellente façon d’opter pour des e-liquides de qualité : évoquons sans plus attendre le made in France !

De Vincent dans les Vapes à Alfaliquid, Liquideo ou encore D’Lice, des mastodontes français de la fabrication de e-liquides, à des marques plus jeunes et fougueuses telles que 814, Big Papa ou encore Bio France, bon nombre d’entreprises françaises sont prêtes à vous délivrer des e-liquides qualitatifs. Parmi eux, l’on peut citer :

Des substituts au propylène glycol pour parvenir à un e-liquide bio ?

Un liquide cigarette électronique bio ne saurait contenir de propylène glycol afin d’être considéré comme 100% bio. Par ailleurs, le propylène glycol peut être impliqué lorsque survient un peu de toux (en particulier lorsqu’il est combiné à de forts taux de nicotine) ou des irritations en gorge : ne nous y trompons pas, l’implication du PG reste pourtant extrêmement minime en la matière.

De même que les risques allergiques, de l’ordre de 1%, existent concernant le PG, celui-ci est en général très bien toléré par la grande majorité des vapoteuses et vapoteurs. Vous pouvez cependant faire le choix de réduire, voire de vous passer du propylène glycol, et c’est tout à votre honneur.

Réduire la dose de PG passe par la consommation de e-liquide à forte concentration de glycérine végétale : une configuration high VG de la base, par exemple. Le PG sera, de fait, très minoritaire dans votre composition.

Vous pouvez également vous passer du propylène glycol et opter pour un substitut à base de Végétol. Cet ingrédient d’origine végétale est obtenu par fermentation de glycérine de tournesol. Innovation française (brevetée), ce Végétol est intégré à quelques produits disponibles sur notre site Taffe-elec dont voici des échantillons :

Vous pouvez même ajouter du Végétol à un e-liquide par l’intermédiaire d’un booster végétol 10 de la marque Végéboost.

0 0 votes
Votre avis sur cet article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments