Chiffres de la vape en France

Les chiffres de la vape en France

Lorsque l’on fume la cigarette électronique, il peut être intéressant de connaître l’état du marché ou la réputation de la vape en France. Si vous vous sentez seul(e), n’ayez crainte, nous allons vous rassurer tout au long de l’article. Plusieurs études ont été menées durant les dernières années, nous permettant de connaître l’état du marché en France entre 2010 et mai 2018. Les enquêtes se faisant relativement rares, les chiffres de la vape proposés datent parfois de plusieurs années en arrière et rarement de 2017 ou 2018. Nous le précisons évidemment à chaque fois. Quelques chiffres mondiaux et non uniquement français seront donnés.

Les ouvertures et fermetures de boutiques

Le marché français de la cigarette électronique a récemment connu une phase de baisse, jusqu’en mai 2018. Commencée en 2015, cette décroissance a fait du mal au marché français. En tout, c’est plus de 1000 boutiques qui ont fermé leurs portes durant les années 2015 et 2016 contre environ 600 ouvertures, selon PG VG Marketing. La balance était donc négative, avec 400 fermetures de plus que les ouvertures de boutiques. Triste constat.

Pour les années 2017 et 2018, jusqu’au 1er mai pour cette seconde année, la tendance s’est inversée pour le plus grand bonheur des vapoteurs. Comme dans les années précédentes, des ouvertures et fermetures ont eu lieu. En 2017, 221 boutiques ont malheureusement fermé leurs portes … contre 307 ouvertures. Nous sommes donc ici dans le positif ! Du 1er janvier au 1er mai 2018, c’est 32 boutiques qui ont fermé leurs portes contre 115 ouvertures, nous sommes donc pour l’instant à un très beau chiffre.

Pour mieux s’en rendre compte, le tableau et le graphique ci-dessous montrent les courbes de 2010, vers les début de la vape en France, jusqu’au 1er mai 2018. Il est clair que sur les lignes rouges et jaunes, les fermetures sont de moins en moins nombreuses. Par soucis de clarté pour le graphique, les fermetures sont exprimées en “ – “.

Les ouvertures et fermetures de boutiques
Les ouvertures et fermetures de boutiques – Taffe-Elec
Ouvertures et Fermetures de boutiques en France de 2015 à 2018
Ouvertures et Fermetures de boutiques en France de 2015 à 2018 – Taffe-Elec

Ce type de constat est néanmoins quelque chose de tout à fait normal dans un nouveau marché. Beaucoup de boutiques se lancent directement dans l’aventure, mais toutes ne peuvent pas fonctionner correctement. Par la suite, les plus grandes boutiques prennent de grosses parts de marché et stabilisent le tout avec au final moins de diversité.

La cigarette électronique est-elle populaire en France ?

Si les chiffres de la vape, concernant le marché sont déjà un élément de réponse, il existe d’autres façons de mesurer la popularité de la cigarette électronique en France. C’est notamment ce qu’à relevé le Figaro le 31 mai 2018. Un sondage a été réalisé à la suite de la baisse du nombre de fumeurs en France. Pour vous donner le contexte, une baisse record d’un million de fumeurs a été enregistrée entre 2016 et 2017.

Si cette baisse a été rendue possible, selon les autorités, par la lutte anti-tabac de l’État (paquet neutre, prix forts, mois sans tabac), un autre résultat semble être tout aussi cohérent. Un sondage réalisé par le Figaro et France Info auprès de 1030 personnes le vapotage est un élément bien plus important que toutes les mesures prises contre le tabac. Les Français considèrent donc la cigarette électronique comme une réelle aide au sevrage du tabac.

Ainsi, 20% des personnes interrogées pensent que le développement de la cigarette électronique a joué un rôle “ très important “ dans la baisse du nombre de fumeurs, 48% pensent qu’il a joué un rôle “ important “, 23% pour “ peu important “ et enfin seulement 9% pour “ pas important du tout “.

La première place dans ce sondage revient tout de même à la hausse des prix du tabac, qui selon 80% des personnes interrogées est un élément très important ou important de cette chute du nombre de fumeurs.

Graphique importance cigarette électronique

Quelques chiffres sur l’année 2014

Il n’existe malheureusement pas d’étude récente sur le nombre de vapoteurs en France. Néanmoins, l’INPES (Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé) a mené une étude durant l’année 2014. Les chiffres ne sont donc plus très représentatifs de notre époque actuelle, mais ils nous donnent une petite idée. Durant cette année 2014, 12 millions de personnes ont testé la cigarette électronique. Soit à l’époque plus d’un quart de la population française.

Pour continuer sur cette année, le nombre de vapoteurs en France était de 3 millions, dont plus de la moitié étaient des vapoteurs quotidien. Un tiers de ces fumeurs l’utilisent au moins une fois par semaine. 10% l’utilisent une fois par mois, et pour finir 3% l’utilisent moins d’une fois chaque mois.

Selon la même étude, 98% des vapoteurs sont des fumeurs ou d’anciens fumeurs. Dans ce très gros chiffre, 75% restent fumeurs réguliers, 8% fumeurs occasionnels et 15% ne fument plus du tout de cigarettes traditionnelles. Plus de 400 000 personnes ont donc totalement arrêté de fumer en partie grâce à l’arrivée de la cigarette électronique. Une jolie victoire pour ces personnes !

Quelques chiffres de la vape sur les années 2015 et 2016 (dans le monde)

Selon une étude menée par British American Tobacco en 2016, le nombre de vapoteur en France aurait chuté pour atteindre approximativement les 2,3 millions de vapoteurs soit environ 23% de vapoteurs en moins. La France était tout de même, en 2016, le deuxième pays plus gros consommateur de cigarettes électroniques derrière le Royaume-Uni.

Quels sont les liquides les plus utilisés (dans le monde) ?

Les chiffres qui vont suivre datent de 2015 et sont basés sur la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Pologne, l’Italie, l’Allemagne et la Corée du Sud. L’étude n’a malheureusement pas donné le détail par pays, hormis pour un type de liquide.

Il est donc tout de même intéressant d’apprendre que dans ces pays, 16% des vapoteurs fument sans un seul milligramme de nicotine dans leur e-liquide. En général, les saveurs classic (tabac) sont les plus demandées, avec un taux de fumeur de 28% ayant adopté ces saveurs. Rien qu’en France, 34% des ventes de liquides sont destinées à ce type d’arômes. Les liquides fruités et “ floraux / végétaux “ (menthe, thé, anis, violette …) représentent respectivement 23% et 20% du marché mondial de 2015.

L’arrivée du matériel plus performant a créé une baisse de consommation de nicotine dans les e-liquides. Ces nouvelles cigarettes, nouvelles batteries et nouvelles box proposent des sensations plus forte et plus de puissance. La baisse du taux de nicotine fait donc partie intégrante de cette évolution du matériel. Durant l’année 2013, ce sont 77% des vapoteurs qui fumaient des e-liquides à des taux de 11mg de nicotine par ml. En 2015, ils ne sont plus que … 11% ! Une très forte baisse donc, qui amène également au constat inverse : 73% des vapoteurs fument entre 1mg/ml et 11mg/ml depuis 2015, contre 11% avant.

Quelle est la suite pour le marché Français ?

Après sa forte chute en 2015 visible par le grand nombre de fermetures de boutiques, le marché français de la cigarette électronique a commencé à remonter progressivement à partir de 2016. Pour cette année 2018, les chiffres jusqu’en mai donnent bon espoir d’avoir droit à une belle année pour la cigarette électronique.

Selon une étude de l’institut économique Xerfi menée en 2017, les prévisions seraient bonnes pour le marché jusqu’en 2020. Grâce à différents éléments, comme le paquet de cigarettes à 10€, Xerfi estime que la cigarette électronique continuera d’être de plus en plus utilisée en France. Le marché pourrait atteindre 480 à 500 millions d’euros en 2020 donc, contre 350 millions en 2017. La croissance serait donc de 10 à 15% par an !

Ces prévisions seraient réalisables si plusieurs choses concordent. Avant tout, comme dit au dessus, le paquet de cigarettes classiques va passer à 10€ d’ici 2020. Si cette augmentation n’est pas interrompue et si elle continue à faire baisser le nombre de fumeurs, alors l’alternative principale du tabac pourrait en profiter. Cette alternative est bien évidemment la cigarette électronique. Un afflux massif de nouveaux vapoteurs jouera un grand rôle dans tout cela, ainsi que, comme espéré, le retour d’anciens vapoteurs déçus. Le matériel ayant évolué depuis les débuts de la cigarette électronique, il se peut qu’ils soient maintenant conquis.

Conclusion

Les chiffres de la vape en France sont donc bons. Hormis le nombre de boutiques fermées entre 2015 et 2016, le reste des informations données tout au long de l’article donnent de bons espoirs pour de chiffres de plus en plus gros. Avec la baisse du nombre de fumeurs, nous pouvons penser que le nombre de vapoteurs ne fera qu’augmenter. Le constat principal est le suivant : la cigarette électronique semble être une réelle manière de se sevrer du tabac et nous espérons évidemment que nombre de fumeur continue de baisser chaque année.


Sources :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.