Quel mode utiliser sur une cigarette électronique ?

Depuis maintenant plusieurs années, le marché de la cigarette électronique ne cesse d’évoluer. Avec un plus grand nombre de vapoteurs du matériel qui s’améliore de mois en mois, de nouvelles façons de vapoter ont fait leur arrivée. Ces nouvelles façons sont traduites par l’arrivée de “ modes “ proposant des configurations différentes. Qu’il s’agisse du mode habituel, du mode “ méca “ ou de contrôle de température, il est important de tous les connaître pour savoir ce que l’on doit faire.

Le mode VW, le plus courant

Mode de contrôle - Wattage
Wattage – Espion Silk

Si vous disposez d’une cigarette électronique qui propose de monter ou descendre le nombre de Watt afin de modifier la puissance de la batterie, alors vous disposez du mode “ VW “, acronyme de “ Variable Wattage “. En modifiant cette puissance de batterie, la puissance de chauffe est également changée. C’est ce mode qui permet de s’adapter à la résistance choisie.

Il peut ne pas être précisé distinctement sur votre matériel, mais c’est le plus courant d’entre les modes et le plus utilisé dans le monde de la vape. Un équivalent existe à ce mode, nommé le VVVariable Voltage “. Le fonctionnement et le résultat sont exactement le même, il faut juste se baser sur les Volts plutôt que les Watt. Mais la plupart des modèles actuels de batteries proposent soit le VW, soit les deux.

ByPass, pour les amoureux du méca

Mode de contrôle - Bypass
Bypass – Espion Silk

Dans les différents modes de votre matériel, vous retrouverez le mode ByPass qui représente une “ imitation “ de la vape lorsque l’on utilise un “ mod méca “. Si jamais vous ne voyez pas ce dont on parle, sachez qu’un mod méca est une cigarette électronique fonctionnant à accus et qui ne dispose pas d’électronique. Tout est géré mécaniquement et il est nécessaire de s’y connaître pour en utiliser car le risque de surchauffe est très grand.

Ce mode ByPass imite donc cela et propose une vape qui n’est pas “ lisse “. Le matériel fourni la quantité d’énergie que l’accu ou la batterie intégrée peut fournir et il n’est pas possible de régler la puissance. Mais ce mode profite tout de même du côté électronique de la cigarette en proposant une sécurité sur la surchauffe. Cela n’empêche pas de devoir s’y connaître pour l’utiliser.

Pour cela, il est primordial de connaître “ la loi d’Ohm “. La loi d’Ohm est une loi physique qui relie l’intensité d’un courant électrique traversant un “ dipôle électrique “ à la tension entre ses bornes et permet de déterminer la valeur d’une résistance. C’est un peu compliqué, on vous l’accorde.

Les différents modes de contrôles de température

Après les Variable Wattage et le ByPass, les cigarettes électroniques proposent différents modes qui se basent sur la même idée : le contrôle de température. Avant tout, sachez que ces contrôles ne sont pas à utiliser avec toutes les résistances. Sur la plupart des descriptions de résistances, vous trouverez une mention “ NI “, “ TI “ ou “ SS “. Ceux-ci correspondent respectivement à du Nickel, Titane et Stainless Steel (Acier Inoxydable). Il est d’ailleurs important de savoir que ces trois types de résistances ne doivent être utilisées qu’en contrôle de température.

Maintenant que nous savons cela, nous pouvons passer au vif du sujet. Le contrôle de température est assez simple à comprendre. Lorsqu’une résistance chauffe, son fil résistif (présent généralement au centre du coton) chauffe avec elle. Celui-ci, lorsqu’il est confronté à de fortes températures, se dilate légèrement en fonction du matériau utilisé. À partir d’une valeur étalonnée de résistance, le matériel calcule à quel moment le fil résistif se dilate et permet d’obtenir la bonne température à utiliser.

Les modes de contrôle de température permettent à la fois d’éviter la surchauffe et “ dry hit “, ce dernier provoquant un goût de brûlé lorsque le e-liquide n’est pas bien acheminé à la résistance. Encore mieux, ce contrôle de température peut même rendre certaines saveurs encore meilleures, certains e-liquides étant très sensibles à la chaleur. Si elle est bien dosée, votre expérience de vape n’en sera que meilleure.

Si ce type de contrôle de température existe à l’heure actuelle, ça n’a pas toujours été le cas. Ces technologies avaient encore il y a quelques années un coût élevé, ce qui ne permettait pas de les proposer au grand public. Dorénavant, c’est quelque chose d’habituel dans le matériel de vape que de disposer de ces contrôles.

Le mode curve, celui qui fait des vagues

Bien moins utilisé que les autres, il est tout de même intéressant de parler du mode Curve. Si vous avez quelques notions d’anglais, vous avez peut-être déjà compris le principe. Sinon, sachez que le mode Curve est pensé pour permettre à votre cigarette électronique de faire varier la puissance de chauffe au cours de vos bouffées. 

Le pre-heat, pour optimiser la vape

Pre heat cigarette électronique
Exemple de mode pre-heat sur iKuu i200

Disponible sur un grand nombre de box actuelles, si tant est qu’elles proposent des réglages différents, le pre-heat s’avère très pratique pour les vapoteurs. Lorsque ce mode est activé, le matériel chauffe plus fort durant un court instant (généralement une demi seconde, voire plus s’il est possible de l’augmenter) pour finalement revenir à la puissance classique choisie. Par exemple, vous avez configuré votre box à 40W, celle-ci fonctionnera à 45W durant une demi seconde.

Ce système de chauffe amplifiée permet d’éviter deux choses. D’une part, le fameux dry-hit permet d’être évité. Dans le cas où vous ne connaisseriez pas cela, le dry-hit est cette tare à laquelle beaucoup d’entre nous ont déjà eu affaire. Lorsque vous commencez à vapoter, le e-liquide n’est pas assez chauffé et sort du clearomiseur sous forme d’éclaboussures. En chauffant plus fort durant un court instant, le dry-hit est donc évité.

D’autre part, les résistances ont eu tendance à devenir plus grosses au fur et à mesure du temps. Bien que certaines cigarettes électroniques font marche arrière là dessus (comme la Espion Silk), il n’est pas rare de croiser des résistances assez épaisses. Les EC2 de Eleaf ou certaines Aspire font de bons exemples. Ces résistances-ci sont, par définition, plus longues à chauffer. Une nouvelle fois, le pre-heat nous vient en aide en chauffant plus fort et donc plus rapidement le tout.

Avec quel matériel profiter de ces modes ?

Si beaucoup de batteries proposent ces réglages à l’heure actuelle, toutes ne sont pas concernées. Pour prendre un exemple, il ne sera pas possible de profiter du mode ByPass avec une iStick Basic, ni même du Wattage. Ce type de modèle, réservé aux débutants, propose une utilise très simple. C’est évidemment un avantage pour sa gamme, mais pas pour celles et ceux qui cherchent à aller plus loin. Si vous souhaitez profiter de tout cela, plusieurs modèles récents existent et peuvent répondre à vos besoins. Nous pouvons citer par exemple le kit Ultex T80 dont nous parlons ici, ou le kit Espion Silk, également traité sur notre blog ici.

Retrouvez notre article sur le kit Ultex T80

Présentation du kit ULTEX T80 de Joyetech

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.